Dernière demeure
Le samedi 14 janvier 1961, un train spécial quitte Paris pour le petit village de Niederwald. Dans un petit cercueil se trouve la dépouille de Marie-Louise Ritz, alors qu'un second de taille plus importante abrite les corps exhumés de César Ritz et de son fils René. Les deux cercueils sont exposés dans la maison qui a vu naître César Ritz, sise tout en haut du petit village. Jusqu'au lundi suivant, la population y a tenu une veillée et a prié pour son premier fils et sa famille. Les deux cercueils façonnés en chêne clair, décorés d'appliques argentées et ornés d'un crucifix sont ensuite transportés le lundi matin sur la place du village et exposés à côté de la fontaine commémorative Ritz. Le même jour, un train spécial amène les hôtes de la cérémonie. À la tête du groupe se trouve Charles, fils aîné du grand César Ritz, alors âgé de 70 ans et propriétaire de l'Hôtel Ritz Paris à cette époque. Toute la population de Niederwald a pris part à l'inhumation de "leur" César Ritz, que les habitants plus âgés ont eu l'honneur de connaître personnellement. La presse mondiale était aussi présente et a assisté à la cérémonie réalisée à Niederwald. Il est à noter que la veuve du roi des hôteliers était également connue de chaque enfant à Niederwald. Tous les ans, elle passait quelques jours dans la maison d'origine de la famille Ritz.