Monique Ritz

Monique Ritz, née Ramseier, est la dernière représentante de la dynastie Ritz. Elle était la femme de Charles Ritz, fils du célèbre César Ritz. Elle n'a malheureusement jamais connu César Ritz personnellement, celui-ci étant décédé trop tôt en 1918. Elle a par contre très bien connu l'épouse de César Ritz, Marie-Louise, étant elle-même une brillante gérante d'hôtels de luxe. Monique Ritz connaissait bien la philosophie du luxueux hôtel de la place Vendôme. Elle y a rencontré de nombreuses personnalités mondialement connues, comme Ernest Hemingway. Sa belle-mère Marie-Louise Ritz a toujours été pour elle une amie fidèle. Monique Ritz se rappelle encore très bien de Marie-Louise Ritz participant jusqu'à 3h00 du matin à des fêtes organisées au Ritz, alors qu'elle avait 90 ans. Elle avait une marque importante dans sa vie: César Ritz était son grand modèle et est toujours resté comme un souvenir dans son cœur. Après la mort de Marie-Louise Ritz, c'est Monique Ritz qui, en compagnie de son mari Charles, a continué de s'occuper de la «fondation César Ritz de Niederwald» souhaitée par César Ritz lui-même. Aux côtés de Charles Ritz, elle gère de nombreuses et importantes affaires reçues par héritage.
Suite au décès de son mari Charles en 1976, à l'âge de 85 ans, c'est elle qui reprend les rênes de l'hôtel Ritz à Paris. Le défi était immense pour Monique Ritz. En l'absence de descendant et dans le but d'assurer l'avenir de l'hôtel, Monique vend le Ritz de Paris à la famille Al Fayed en 1979. Les arguments décisifs pour ce choix étaient que la famille Al Fayed s'engageait à maintenir le nom Ritz et que seules des rénovations intérieures seraient entreprises. Lorsque le Ritz a rouvert ses portes après trois ans de rénovations, les connaisseurs n'ont pas été enchantés du résultat. Suite à la vente de l'hôtel, Monique Ritz souhaite s'en distancier et revient s'installer à Genève, la ville de sa jeunesse qu'elle retrouve après 35 ans passés à Paris.
Durant plusieurs années, Monique Ritz a pris à coeur sa fonction de présidente de la «fondation César Ritz de Niederwald». Elle aussi garde des contacts étroits avec le village de Niederwald. Elle a offert aux habitants du village une nouvelle fontaine ornée d'une statue en bronze représentant César Ritz en gardien de chèvres. Sur cette œuvre d'art sont inscrites les paroles suivantes: «Schritte in die Welt hinaus, mit Flügeln im Geist und brennender Sehnsucht im Herzen.» (Parcourir le monde avec des ailes à l'âme et des désirs brûlants dans le cœur). Celles-ci symbolisent la quête des personnes qui prenaient la route par le passé, à la recherche d'un travail et d'un peu d'argent. César Ritz a suivi cette devise, devenant ensuite un des plus célèbres personnages de notre époque. La dernière visite d'un membre de la famille Ritz à Niederwald, Monique Ritz en l'occurrence, a eu lieu le 23 février 2000. C'était à l'occasion des festivités du 150e anniversaire de la naissance de César Ritz.

E-Mail